Header Ads

NBA - Fiction: Faites revenir une franchise à Seattle !


Question sensible, Je vais me faire des ennemis et des amis, mais il va falloir déplacer une franchise du côté de Seattle. Loin de moi l'envie de dénigrer les franchises mentionnées ci-dessous. Elles sont juste pour moi, les meilleurs candidats pour faire revivre la flamme du basket à Seattle, une flamme orpheline de sa franchise partie il y a 8 ans dans l'Oklahoma. 

Qui sont les Sonics?

Avant de faire ce speed Dating des franchises prétendantes, Il faut comprendre pourquoi le basket, et a fortiori la NBA, est un poumon de Seattle. Si New York est le coeur du basket et du Street, alors Seattle en est le représentant sur la côte ouest. Le départ de la franchise a été très mal vécu et a créé un grand vide dans la grande ligue. Les Supersonics, c'est 1 titre NBA (1979), 2 finales, 3 titres de conférence ouest et 6 titres de division. Certes bien loin des palmarès des Celtics ou des Lakers, mais bien au dessus de nombreuses franchise toujours existante en quête d'un premier titre. Seattle, c'est également une ville qui a accueilli les Sonics pendant près de 41 ans entre 1967 et 2008. Mais aussi des stars: sur le parquet avec les bagués Dennis Johnson et Lenny Wilkens, le duo infernal Kemp/Payton dans les 90s, puis Ray Allen ou Kevin Durant qui a assuré la transition entre les deux localisations. Ne pas mentionner parmi les grands coachs, George Karl qui a coaché pendant les 90s avec Gary Payton, Sam Perkins et Kemp serait un oubli assez regrettable. 

Voilà pourquoi les Sonics doivent revivre, pourquoi ce maillot vert et jaune doit flotter sur des joueurs NBA. Alors non, ce n'est pas une tribune d'un vieux grincheux qui radote que c'était mieux avant, mais plutôt celui d'un amoureux du basket qui désire voir une ville elle-même amoureuse de basket retrouver sa franchise

Speed Dating

New Orleans Pelicans: Un problème d'identité


Il semble absurde de parler de manque d'identité pour une franchise qui n'a que 3 ans. Mais ça a été un mal récurrent. La Nouvelle Orléans a hébergé le Jazz entre 1974 et 1979, celui de Pistol Pete (Maravich). Mais l'a laissé partir pour Salt Lake City à cause de résultats médiocres. Ensuite il faut attendre 2002 pour voir les Hornets débarquer de Charlotte. Un bail rompu en 2005 avec l'ouragan Katrina après lequel les Hornets partirent pour Oklahoma City (tiens donc) avant de revenir en 2008 dès que le Thunder arriva. En 42 ans, la Nouvelle Orleans a accueilli 3 franchises différentes sur une durée totale de seulement 16 ans. Alors oui les Pelicans sont jeunes, mais ne semblent pas bénéficier de l'apport d'Anthony Davis comme guide comme ont pu être Durant et Westbrook au Thunder.

L'intérêt pour les Pelicans serait de vivre dans une atmosphère basket, permettre à cette équipe jusque là assez décevante de se relancer avec une nouvelle identité et ne pas être que l'équipe de l'est qui joue dans la conférence ouest.

Denver Nuggets: Un palmarès vierge

Denver n'est pas victime comme New Orleans d'un manque d'identité. Les plus jeunes penseront à Carmelo Anthony (ou Ty Lawson), les plus vieux à Mutombo Dikembe (ainsi que le super maillot bariolé de l'époque). Non Les Nuggets ont besoin de peser dans le game. À défaut d'être dans les derniers de la classe, Denver se situe davantage dans le ventre mou, autour de la 10ème place et ce depuis quelques temps déjà. Certes d'autres équipes subissent le même syndrome, mais la phase de reconstruction de Denver semble assez longue, sinueuse et ralentie. Alors oui, il y a des fulgurances, Will Barton, Nikola Jokic, Ty Lawson, J.R Smith, mais pas de porteur de projet. Melo n'avait pas souhaité occuper ce poste en ne prolongeant pas dans le Colorado. En son temps Mutombo quitta la maison pour les Hawks au bout de quelques saisons. Il n'y a pas THE Player, celui qui à défaut d'avoir apporter des bagues, apporte des résultats, une certaine régularité.

Pourquoi déplacer les Nuggets? Redorer un blason qui s'est terni avec le temps. Le but serait d'attirer des joueurs prêts à construire un projet, mais pour cela il faut des perspectives concrètes. Le fait de déménager créer une vision à court terme, et à partir de cela on peut voir plus loin.


Los Angeles Clippers: Ne plus être le petit frère


Alors là, surprise, les Clippers. De quels maux souffre la franchise californienne? Pas vraiment de symptômes graves mais davantage un aggloméra de petits soucis. Tout d'abord, l'image de marque: Les Clippers sont vu comme la seconde franchise de Los Angeles malgré les meilleurs résultats que les Lakers. Cela est du à son manque d'ancienneté, faire la litanie des joueurs emblématiques des Lakers n'est même pas à faire. Alors que les Clippers ont eu une éclosion plus tardive. Certes Blake Griffin et Chris Paul font du bien, mais bien que ce dernier est quasiment irréprochable, on pourra citer le "coup de poing amical" de Blake qui a mis l'équipe en plein doute. Un doute entretenu par l'ancien propriétaire de la franchise: Donald Sterling, qui avec des déclaration raciste s'est tiré une balle dans le pied et aussi dans les jambes de la franchise. Malgré la volonté de Steve Ballmer d'effacer cela, ces éléments contemporains (le marron de Griffin) ou plus anciens, les Clippers sont marqués par de tels faits divers.

Pourquoi déménager donc? Rompre le cordon consolidé depuis 1984 avec les Lakers, première idée. Perdre cette idéentité de magnifique Looser ( finales de conférence nous voilà). Un déménagement qui serait encore plus utile avec ce roster, qui certes à ces défaut, mais qui est composé de joueur de qualité.

Néo-Sonics, oui ou non?

La question du déplacement vers Seattle a été mentionné par Adam Silver il y a quelques temps avant d'avoir été écarté. Si une équipe partait, prendrait-elle le nom de Supersonic ou une tout autre identité?

Il faut garder le nom de Sonics!


Voyez vous une franchise arriver à Boston, à Chicago ou à Maubeuge remplaçant l'équipe existante en ne gardant pas le nom? Les Boston Worms? Ça fait mal. De surcroît, pourquoi ne pas ressusciter une franchise, une marque, mythique. Avec tout le respect que j'ai pour d'autres franchises, "Supersonics" est quasiment irremplaçable contrairement à d'autres. Ce déménagement ne serait qu'une nouvelle aventure pour une franchise mythique qui ne mérite que de revivre, que de racrocher ses maillots au plafond. Quoi de plus existant que de revoir flotter ses maillots verts et jaunes. D'autant plus que les infrastructures des Supersonics ont été conservées et que les habitants de Seattle désirent vraiment revoir les Sonics.


Non, un peu de changement!


Soyons moderne, on ne ressuscitera pas les Sonics dans une autre franchise qui n'a rien à voir. Un nom n'est pas immuable, nombreuses sont les grosses franchises qui ont du déménager. Plus récemment, le Thunder, il y a bien plus longtemps, il y a eu le Jazz, les Lakers... Par ailleurs, pourquoi devrions nous écraser un nom déjà existant tout simplement parce que cela serait inférieur au nom Sonics? Si des franchises veulent repartir de l'avant, ce n'est pas en regardant dans le rétroviseur avec une petite larme nostalgique. Réssusciter les Sonics ne fera pas revenir Payton, ni Kemp, ni Allen, ni Durant (ça c'est cadeau).

J'espère que ce type d'article vous aura plu, n'hésitez pas à donner votre avis. Plus personnellement, je pense que faire revivre pour faire revivre les Sonics ne sert à rien, mise à part un gros coup marketing. Je suis d'avis qu'il faille reprendre ce nom mais le moderniser, le logo, le maillot etc... Cependant, je suis prêt à ce qu'une franchise conserve son nom sachant que pour moi, le plus important, c'est d'entendre à nouveau le Coliseum vibrer dans une ville amoureuse de basket.

Stanislas "La Frite"
Spécialiste NBA
Team Who's the Bet

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.